Elios et Boulou Ferré invitent Yorgui Loeffler

à 17h

Dans la famille de Boulou et Elios, la guitare manouche est omniprésente. Leur père a, comme ses deux frères, accompagné Django Reinhardt et Stéphane Grappelli au Quintette du Hot Club de France.

Boulou Ferré commence l'apprentissage de la guitare très tôt avec son père.
L'apprentissage est complété par ses oncles, si bien qu'à six ans, Boulou chante des solos de Dizzy Gillepsie et donne son premier concert à huit ans. A 12 ans, il est remarqué quand il accompagne Jean Ferrat et il grave son premier disque sous le nom de Boulou. Sa réputation va jusqu'aux États-Unis et il mène une carrière internationale impressionnante pendant de nombreuses années.

À partir de 1979, il forme un duo avec son frère Elios Ferré, qui s'est produit un peu partout dans le monde et joue une musique très éclectique, qui va des valses swing chères à son père Matelo et son oncle Baro (Swing valse, Montagne St Geneviève), au répertoire be-bop (All the Things You Are), en passant par Jean-Sébastien Bach.

 

Yorgui Loeffler fait partie de la nouvelle génération du jazz manouche qui, sans renier l’héritage de Django Reinhardt, propose une interprétation personnelle et sensible de la musique du maître. Autodidacte, le jeune musicien s’est très vite fait remarquer comme l’un des plus intéressants guitaristes de sa génération, tant par son sens de l’improvisation et la fraîcheur de son phrasé d’un lyrisme inédit que par sa technique instrumentale époustouflante.